Blog MVM
MVM Blog

Mes démons

En général, je me laisse guider par l’instant présent et l’envie du moment; “Oh, je ferai bien un titre Drum and Bass ce soir” ou bien encore “Je ne sais pas du tout ce que je vais faire sur ce piano, mais j’ai juste envie de jouer et je retiendrai le meilleur ensuite”.

Parfois, je fais des merveilles et parfois, plus la composition avance, plus je suis loin de mon idée de départ. Parfois ça paye et ça rend bien, parfois pas du tout.

Ces “démons” sont les miens et je ne prétends pas qu’ils seront également les vôtres. Cependant, les artistes que nous sommes sont tous sortis de plusieurs heures de travail avec la conclusion suivante : “J’ai fait de la merde”.

Au fil du temps, je parviens à canaliser mes créations et à ressortir le meilleur quand je compose. Il m’aura fallu plusieurs années pour identifier ces “démons”. En comparant mes premiers titres avec les plus récents et en écoutant les feedbacks de mes auditeurs, j’ai appris à me recentrer sur l’essentiel de mes créations.

Si vous aussi, vous avez parfois tendance à vous égarer en composant, j’espère  que cet article vous fera gagner du temps dans vos compositions.

Le cadre

Le premier piège est de ne pas définir très vite un cadre précis de création après une première phase de recherche, d’exploration. Même si on n’a pas toujours une idée hyper claire du résultat final qu’on obtiendra (heureusement, car le but est de laisser sa créativité s’exprimer tout du long), il est malgré tout important de ne pas se laisser envahir par un surplus d’inspiration, sinon on peut partir dans des directions incompatibles.

Ne laissez pas une nouvelle idée polluer un travail déjà en cours !

La composition d’un titre (fini, entendons-nous bien) prend énormément de temps ; des heures, des jours, souvent même des semaines ! Il est facile de laisser une nouvelle idée s’incorporer dans un projet en cours, alors que, finalement, cette idée se suffit à elle-même pour déboucher sur une nouvelle composition.

Les nuances

Le deuxième piège est de confondre nuance avec surcharge. On aime tous entendre des nuances dans un morceau, car sinon notre oreille se lasse au bout d’une minute, et on passe vite au titre suivant. Comme déjà dit, trop d’idées tuent l’idée! Par le passé, je cherchais à complexifier mes compositions alors qu’en réalité l’inverse est beaucoup plus “utile” pour justement donner de la place aux nuances.

Voici l’un des fondamentaux du son que je vais tenter d’aborder sans être trop technique: les sons d’une même gamme de fréquences ne s’additionnent pas ; on n’obtiendra pas un mégaboum parce qu’on joue simultanément deux boums.

J’ai encore été récemment confronté à ce cas après avoir publié un titre Deep-House ; “C’est super, mais je mettrais un gros BOUM par dessus au milieu du morceau” . Ce gros BOUM était présent mais caché par d’autres sons et du coup pas suffisamment audible. J’ai retravaillé ma piste en lui laissant plus de place. Ensuite les mêmes personnes ont pensé que j’avais ajouté ce BOUM, en réalité il avait toujours été présent, mais cette fois on l’entendait clairement. La nuance attendue était enfin perceptible.

La structure

Même si ça semble être une évidence pour n’importe quelle chanson, avoir une structure est important également en musique électronique. Comme la répétition est une composante majeure de cette musique, il m’est bien souvent arrivé de résumer la structure à une intro (plus ou moins définie), le corps du morceau, et une fin. Ce qui manque dans cette structure, c’est au moins une transition dans le morceau, un interlude, un moment à part – Appelez-le comme vous voulez ;)

Notre cerveau attend aussi une structure pour se repérer dans un morceau.

L’introduction, elle est réellement la partie la plus importante, en quelques secondes à peine vous devez plaire, ou  du moins attiser la curiosité.

Vous pouvez avoir la plus terrible des compositions, mais personne ne l’écoutera si votre intro est pourrie. Nous vivons à l’époque du zapping, si ça n’accroche pas tout de suite, personne ne vous laissera la chance de vous rattraper plus loin. Ensuite, il est important que l’intro soit cohérente avec la durée totale de votre titre, et de vérifier cela quand celui-ci est pratiquement terminé ! Et oui, la durée totale de mes compositions varient parfois énormément entre le début et la fin du projet. Je me suis déjà retrouvé avec une introduction de plus d’une minute sur un titre, qui après le remix final, ne faisait plus que 2 minutes 30… Ce n’est forcement pas très recommandé. :)

Nous vivons à l’époque du zapping, si ça n’accroche pas tout de suite, personne ne vous laissera la chance de vous rattraper plus loin.

Avoir une, ou même plusieurs transitions dans une composition est important. Il suffit parfois de mettre en avant une composante ou un son particulier de la compo pour créer cette transition. C’est ce que j’ai fait par exemple sur ‘Iridium Jazz’, en ne gardant pratiquement que la ligne de basse en plein milieu du morceau, pour ensuite repartir avec l’ensemble des pistes.

Le mix final

Le plus gros piège quand on pense avoir (enfin) terminé sa nouvelle composition est de ne pas tester l’écoute en dehors du studio. Il faut garder à l’esprit que la quasi totalité de votre public écoutera votre titre dans les pires conditions possibles! Avec de simples petits écouteurs, ou pire encore avec les haut-parleurs de leur ordinateur. Et non avec des enceintes de monitoring pro, et encore moins avec un casque de qualité. Le mix final doit pourtant pouvoir être écouté dans ces conditions “classiques”.

Une fois encore ça semble évident, mais je me souviens avoir voulu passer un de mes titres en voiture pour le faire découvrir à un ami, et là (horreur-malheur) j’ai réalisé combien il donnait mal ! Trop de place aux basses, un volume général trop bas… enfin beaucoup de choses qui pourrissaient l’écoute. Evidement, dans mon studio ça passait très bien ;)

Pour conclure

Rendre un morceau simple et efficace, est très compliqué ! Il n’y a pas de recette magique pour faire un bon titre. Ce qui compte, c’est le travail, et encore le travail. Etre à l’écoute des critiques, des bonnes, mais surtout des “mauvaises” car elles sont justifiées.

J’espère ne pas être passé pour un donneur de leçons car je fais encore beaucoup de ces erreurs aujourd’hui ;). Mon seul but ici est d’aider ceux qui, comme moi, aiment la musique et aiment composer.

J’attends vos réactions, vos avis ou encore vos propres conseils et expériences sur ma page Facebook :)

Drop a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *